Textes choisis
 PRODUITS
 CLIENTS
 REPONSES

Principe des toilettes sèches

 EQUIPE

Contacts

 

 REFERENCES

Partenaires
Textes
Bibliographie

 

 


Lettre de Madame la Duchesse d'Orléans, Princesse Palatine, à l'Electrice de Hanovre (Paris, Charpentier, 1855, vol. II, p. 385)

Fontainebleau, le 9 Octobre 1694


Vous êtes bien heureuse d'aller chier quand vous voulez, chiez donc tout votre chien de saoul…

Nous n'en sommes pas de même ici, où je suis obligée de garder mon étron pour le soir ; il n'y a pas de frottoir aux maisons du côté de la forêt. J'ai le malheur d'en habiter une, et par conséquent le chagrin d'aller chier dehors, ce qui me fâche, parce que j'aime à chier à mon aise quand mon cul ne porte sur rien.

Item tout le monde nous voit chier ; il y passe des hommes, des femmes, des filles, des garçons, des abbés et des suisses…

Vous voyez par là que nul plaisir sans peine, et que si on ne chiait point, je serais à Fontainebleau comme le poisson dans l'eau.

 

"Eloge de l'ombre", Tanizaki Junichiro, traduit du japonais par René Sieffert
(Publications Orientalistes de France, Paris 1977)

(…) Chaque fois que, dans un monastère de Kyôto ou de Nara, l'on me montre le chemin des lieux d'aisance construits à la manière de jadis, semi-obscurs et pourtant d'une propreté méticuleuse, je ressens intensément la qualité rare de l'architecture japonaise. Un pavillon de thé est un endroit plaisant, je le veux bien, mais des lieux d'aisance de style japonais, voilà qui est conçu véritablement pour la paix de l'esprit. Toujours à l'écart du bâtiment principal, ils sont disposés à l'abri d'un bosquet d'où vous parvient une odeur de vert feuillage et de mousse ; après avoir, pour s'y rendre, suivi une galerie couverte, accroupi dans la pénombre, baigné dans la lumière douce des "shôji" et plongé dans ses rêveries, l'on éprouve, à contempler le spectacle du jardin qui s'étend sous la fenêtre, une émotion qu'il est impossible de décrire. Au nombre des agréments de l'existence, le Maître Sôséki comptait, paraît-il, le fait d'aller chaque matin se soulager, tout en précisant que c'était une satisfaction d'ordre essentiellement physiologique ; or, il n'est, pour apprécier pleinement cet agrément, d'endroit plus adéquat que des lieux d'aisance de style japonais d'où l'on peut, à l'abri de murs tout simples, à la surface nette, contempler l'azur du ciel et le vert du feuillage. Au risque de me répéter, j'ajouterai d'ailleurs qu'une certaine qualité de pénombre, une absolue propreté et un silence tel que le chant d'un moustique offusquerait l'oreille, sont des conditions indispensables.

(…) En vérité ces lieux conviennent au cri des insectes, au chant des oiseaux, aux nuits de lune aussi ; c'est l'endroit le mieux fait pour goûter la poignante mélancolie des choses en chacune des quatre saisons, et les anciens poètes de haïkaï ont dû trouver là des thèmes innombrables. Aussi n'est-il pas impossible de prétendre que c'est dans la construction des lieux d'aisance que l'architecture japonaise atteint aux sommets du raffinement. Nos ancêtres, qui poétisaient toute chose, avaient réussi paradoxalement à transmuer en un lieu d'ultime bon goût l'endroit qui, de toute la demeure, devait par destination être le plus sordide et, par une étroite association avec la nature, à l'estomper dans un réseau de délicates associations d'images. Comparée à l'attitude des Occidentaux qui, de propos délibéré, décidèrent que le lieu était malpropre et qu'il fallait se garder même d'y faire en public la moindre allusion, infiniment plus sage est la nôtre, car nous avons pénétré là, en vérité, jusqu'à la moelle du raffinement.

(…) c'est un total manque d'éducation que d'éclairer pareil lieu d'une façon (…) tapageuse : il suffit en effet que la partie visible soit impeccable pour que l'on accorde un préjugé favorable à celle qui ne se voit pas. Il est infiniment préférable, dans un endroit comme celui-là, de tout voiler d'une pénombre indistincte, et de ne laisser qu'à peine deviner la limite entre ce qui est propre et ce qui l'est moins.(…)

    Ecosphère Technologies
28 place des Arcades - 26110 Nyons
Tel : (33) 4 75 26 10 44 - Fax : (33) 4 75 26 05 60 - Mail : saniverte@aol.com
SARL au capital de 800 000 francs - SIRET RCS Valence B383 122 512 000 15 - APE 252E